« L’écologie ne passe pas au second tour », par Coralie Schaub et Florian Bardou de Libération

Associée à la préférence nationale du côté de Le Pen et réduite à la marge du programme de Macron, la transition écologique est la grande perdante du premier tour. Et ce, alors même qu’elle était au cœur des programmes des candidats de gauche, du NPA au PS.

En février dernier, quelques jours après la victoire de Benoît Hamon à la primaire de la gauche, Nicolas Hulot manifestait ainsi sa déception quant à la place de l’écologie dans la campagne présidentielle 2017 : «Sommairement résumé, à droite l’on perçoit une réelle indifférence, pire, chez certains une tragique aversion manifeste sur ces sujets, malgré quelques tentatives isolées pour les faire émerger. Et à gauche, on sent qu’après avoir été si longtemps sous-traitée aux seuls écolos politiques, force est de constater que la mutation se dessine enfin».

Les faits donnent raison à l’ancien présentateur de l’émission Ushuaïa. Pour la première fois dans une campagne présidentielle, la lutte contre le changement climatique adossée à la transition écologique a bien été au cœur des programmes des candidats de toute la gauche confondue (du «futur désirable» de Benoît Hamon à la «planification écologique» de Jean-Luc Mélenchon sans oublier l’anticapitalisme de Philippe Poutou en réponse «aux urgences climatiques»). Pour autant, malgré les relevés de températures confirmant mois après mois un réchauffement record du climat mondial, le thème n’a pas été le moteur des débats présidentiels et les nouvelles propositions pour remédier à la crise climatique et à la dégradation des écosystèmes ont été passées sous silence.

(…)

→ lire la suite de l’article sur libération.fr

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *