Bilan 2016 sur l’emploi chez EDF ENR Solaire

 

La CGT constate et dénonce encore une fois la suppression d’un nombre important d’emplois en 2016 avec 33 postes supprimés, dont 16 qui l’ont été dans le cadre de la cession de l’activité de St Paul.

Cela représente une suppression de presque 13% des effectifs de 2015 et 45% des effectifs depuis 2011, année depuis laquelle nous avons perdu à ce jour 186 postes.

Ces chiffres sont tout simplement ahurissant lorsque l’on sait qu’aucune mesure sociale n’a été mise en place !!

Dés notre élection fin 2013 nous avions assimilé cela à un plan social déguisé et nous avions même demandé alors la mise en place d’un plan de sauvegarde de l’emploi pour que ces salarié-es quittant l’entreprise puissent disposer de mesures de reclassement ou de conditions financières de départ négociées avec les organisations syndicales et non pas de manière individuelle, puisque défavorable ou inégalitaire.

Réduction d’effectif et surcharge d’activité

Nous avions alors pris nos responsabilités et ce d’autant plus lorsque que l’on sait que ce n’est pas dans l’ADN de notre syndicat que de réclamer ce type de mesure. Mais nous avons été les seuls à les prendre, aucune prise de responsabilité sociétale de l’entreprise qui a poursuivi sa stratégie de suppression des emplois à marche forcée quoi qu’il en coûte, pas plus du côté de la CFTC si ce n’est que de dénigrer outrageusement nos propos.

Nous avons donc terminé l’année 2016 toujours dans ce que nous appelons un plan social déguisé latent qui dure depuis 6 ans maintenant.

Rien ne change et tout va bien dans le meilleur des mondes pourrait-on croire lorsque nous écoutons et lisons la communication interne tout azimut de la direction et toujours aucun son de cloche venant du syndicat majoritaire..

Mais il est très loin le temps de cette revendication de PSE car des secteurs d’activité sont aujourd’hui en sous-effectifs. Citons parmi eux en premier lieu la conduite de travaux, la maintenance ou bien le support technique et il s’agirait donc plutôt de recruter mais recruter efficacement et surtout durablement car il n’est pas normal de constater un tel chassé croisé de salariés tout au long de l’année.

Le service ADV B2B en est un exemple à lui tout seul, en l’espace de 2 ans nous avons constaté pour ainsi dire 2 renouvellements de l’ensemble des effectifs du service.

Une gestion des ressources humaines assimilable à une boîte d’intérim

Plus globalement le turn-over de l’entreprise sur 2016 est de 23%. Pour information le taux de turn-over considéré comme normal d’une entreprise est de 10 à 15%, à 20% l’entreprise à un turn-over qui est considéré par les indicateurs RH comme étant un taux très élevé.

Le coût du turn-over

Un taux trop élevé est souvent synonyme :

  • de conditions de travail difficiles,
  • d’un mauvais climat social,
  • d’un manque de perspectives d’évolution,
  • ou encore d’un manque d’attractivité de l’entreprise par rapport à ses concurrents,
  • ou d’une mauvaise gestion des ressources humaines. En effet, une mauvaise gestion des carrières, des erreurs de recrutement ou encore le blocage des promotions peut être à l’origine d’un taux de turnover élevé,
  • de coûts pour le recrutement et la formation des nouveaux arrivants,
  • de frais d’intégration ou encore de perte de production pendant le temps de formation.

Le moral des salariés encore en poste peut aussi être affecté puisqu’ils doivent faire fasse au départ de leur collègue mais aussi recréer un climat de confiance avec leurs remplaçants, si tant est qu’ils soient remplacés…

A l’heure où l’on nous parle de prime de compétitivité et de l’effort nécessaire des salariés, nous renvoyons à nouveau dos-à-dos l’entreprise et son partenaire social privilégié vers leurs propres incohérences car il y a là, dans l’amélioration du turn-over, un double enjeu à la foi économique mais aussi social qui mériterait un temps soit peu beaucoup plus d’attention !!

Nous préciserons pour conclure que cet indicateur a été relevé dans le bilan Hygiène et Sécurité présenté en CHSCT en février dernier et qui n’a pas fait l’objet d’un seul commentaire, aucun commentaire non plus sur l’augmentation très significative :

  • des accidents de travail et de leur taux de gravité,
  • ainsi que du taux de fréquence qui est le plus important et de très loin de l’ensemble des filiales du groupe EDF

L’ensemble de ces indicateurs qui sont en très nette dégradation sont beaucoup plus révélateurs du climat social de notre entreprise et sont diamétralement opposés au message véhiculé en interne suite à MyEDF qui fait dire que les résultats sont en progression ou que vous êtes même « 8 sur 10 à avoir plaisir à venir travailler le matin ». Avec un taux de chômage en France supérieur à 10% on pourrait être surpris du contraire mais bon, à question interprétable, réponse interprétable mais communication à sens unique, pourquoi s’en priver !!

Il est toujours facile de s’arranger avec la réalité des choses mais les fais restent têtus.

Résultat de recherche d'images pour "cgt edf"

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *