Observations de la CGT sur les NAO 2014 : les efforts ne sont pas récompensés !

La CGT regrette en premier lieu que l’enveloppe consentie par le groupe à l’entreprise ne soit que de 1,5 % de la masse salariale (soit une enveloppe de 165 000 €) pour deux raisons principales :

1/. Le manque de reconnaissance de l’effort réalisé par les salariés qui ont quasiment réussi le challenge demandé quant au redressement du résultat (+ 7M €). Le choix de ne pas soutenir cet effort est paradoxal si l’on compare cette enveloppe avec les 33 M€ injectés l’année passée pour restaurer les fonds propres, afin de pérenniser la structure EDF ENR Solaire.

Nous pensons que ce sont d’abord les hommes et les femmes qui constituent l’entreprise et qui font d’elle ce qu’elle est, et que ceux-ci ne doivent pas être laissés pour compte au profit de la « structure ».

L’enveloppe paraît bien mince pour permettre la mise en place d’une vraie politique d’évolution des carrières et de soutien au pouvoir d’achat. En effet, l’indice INSEE des prix à la consommation a augmenté en 1 an de 0,9 % et la CGT a donc demandé qu’il soit appliqué à minima une augmentation de 0.9 % sur l’ensemble des salaires, or la direction a souhaité privilégier des augmentations individuelles induisant au final une nouvelle perte de pouvoir d’achat pour un grand nombre de salariés et des augmentations « à la tête du client ».

2/. Nous regrettons profondément par ailleurs que la Direction n’ait finalement laissé que 0.4 % (ancienneté + Ticket restaurant) dans la négociation collective avec les organisations syndicales, sur les 1,5 % initialement accordés par le groupe. L’enveloppe attribuée pour les NAO s’est avérée grandement rognée par la direction avant que les négociations ne soient entamées.

En effet L’entreprise a souhaité mettre d’avantage en avant « la performance individuelle » de chaque collaborateur, en développant et en renforçant le principe de « primes » sur objectifs, domaine sur lequel nous n’avons aucune négociation possible et où l’investissement de chacun et la réalité du travail effectué ne sont malheureusement pas reconnus ni appréciés à leur juste valeur.

Nous tenons à préciser que nous sommes inquiets par cette forme de management qui isole les salariés et développe des comportements individualistes, au détriment d’une dynamique collective de coopération, gage de la réussite de l’entreprise.

Le souhait de laisser 0,76 % de la masse salariale à la main des directions, pour que chacune puisse valoriser, voire récompenser ses collaborateurs en fonction de ses propres choix et affinités, nous semble être encore un domaine où nous n’avons aucune possibilité de négociation et aucune vue sur les priorités et critères privilégiés.

 

En conclusion, malgré ces remarques, nous validons par principe cet accord. Les quelques avancées décidées lors de ces négociations sont bonnes à prendre. Nous regrettons toutefois qu’elles ne puissent répondre à l’ensemble des salariés et par la même soutenir l’engagement de chacun. Le choix que nous avons fait est d’apporter une valorisation au plus grand nombre de collaborateurs via l’ancienneté et la valorisation des tickets restaurants, l’entreprise favorisant pour sa part la performance individuelle.

Nous sommes persuadés que la réussite de l’entreprise doit passer par la mise en place d’un management valorisant la coopération pour garantir la performance collective.

La solution, de notre point de vue, réside dans la prise de conscience de chacun(e) d’entre nous, des responsabilités de chaque fonction et de son rôle dans l’organisation, cela accompagné par un travail d’équipe dynamique ou la prise en considération de tous, doit devenir la règle.

→ le communiqué

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *